Site en construction

Vous êtes ici

Noli Me Tangere

  • Durée : 25 min
  • Belgique
  • Tout public
  • 135 vues

Cie Mossoux-Bonté

Une atmosphère étrange entre rêve et réalité, une sorte de « rêve éveillé », un déluge de beauté visuelle et de signaux sonores…

Au fond du monde, des hommes et des femmes s'arrachent à l'ombre et à la pierre où ils étaient pris. L'humanité prend corps. L'incarnation tourne à la stupeur, le vivant est saisi dans ses doutes et ses hantises. La métaphore visuelle explore les lointains intérieurs : figures de proue, méduses épinglées, visages et corps en aplat disent l'abandon et l'appel.


Atmosphère étrange entre rêve et réalité, humour sous-jacent, … on reconnaît la patte des Mossoux/Bonté.

 

Noli me tangere (ne me touche pas) indique que quelque chose est hors d'atteinte et doit le demeurer. La compagnie bicéphale Mossoux-Bonté cherche à interroger la présence de l'acteur, à créer un trouble dans lequel le spectateur se sentira personnellement impliqué.

Distribution et mentions légales

Conception : Patrick Bonté
Chorégraphie / Mise en scène : Nicole Mossoux, Patrick Bonté
Lumière / Son : Patrick Bonté
Costumes / Maquillage : Colette Huchard
Interprétation : Sébastien Jacobs, Leslie Mannès, Maxence Rey, Candy Saulnier, Jordi L. Vidal, Erika Zueneli
Production : Compagnie Mossoux-Bonté
Coproduction : Festival International Bellone Brigittines
Aide : Communauté française Wallonie-Bruxelles
Soutien : CGRI

Plus d'infos

  • Lieu de captation : Le Palace
  • Collection : Mimos 2007

Contenus associés

  • Belgique
    Cie Mossoux-Bonté

    Faux-semblants, ambiguïtés, double sens, … Les Mossoux/Bonté pratiquent à merveille l’art délicat de la suggestion dans des spectacles situés à la lisière du théâtre et de la danse.

  • Belgique
    Cie Mossoux-Bonté

    Donner vie à des objets au point que leur appétit de vivre dévore le manipulateur lui-même.

  • Belgique
    Cie Mossoux-Bonté

    Sous la forme de courtes séquences, une magnifique exploration des faux-semblants et des illusions. Des petites impostures sans histoire...