Vous êtes ici

La Montagne

  • Durée : 1 h
  • France
  • Tout public
  • 751 vues

Collectif Bonheur Intérieur Brut

Mêlant imaginaire et réalités sociales, une belle métaphore du dépassement de soi.

On a tous peur de quelque chose : de la mort, des araignées, du noir, de parler en public, de ne pas être aimé, de rater, de perdre, d’être en retard, du patron, d’embrasser une fille ou un garçon, d’être abandonné, des autres, de traverser la rue, de l’eau, de la foule, du chômage, de se faire agresser, des étrangers, de manquer d’argent, peur d’avoir peur… Et puis, face à la peur, il y a le courage...

 

Basé sur un impressionnant dispositif incliné (trois pentes à 37° où ascensions et chutes se succèdent), La Montagne questionne les notions de peur et de courage : le courage de faire et de dire, de confronter ses peurs, de les nommer. Comment se constituer un corps courageux et comment inventer des actes, des rituels pour y parvenir ? Comment coMêlant imaginaire et réalités sociales, une belle métaphore du dépassement de soi.nstituer une éthique collective du courage et comment vivre sa peur pour déverrouiller les édifices de la lâcheté... ? Acteurs, danseurs et circassiens de Bonheur Intérieur Brut font de leur « montagne » une métaphore du dépassement de soi. Seul ou avec les autres. Tantôt frontaux ou circulaires, en ligne ou en opposition, les plans inclinés de la structure offrent un rapport public-scène sans cesse en mouvement, apportant de nombreux choix d’apparitions/disparitions et plusieurs angles de vision. Le spectateur est mobile : en face, à l’intérieur ou autour des montagnes. Son point de vue est continuellement remis en question ; à lui de trouver sa place, de s’inscrire dans chaque scène, d’être au cœur de l’histoire...

Distribution et mentions légales

  • Conception et mise en scène : Jack Souvant
  • Scénographie : Éric Soyer Chorégraphie : Kaori Ito
  • Composition musicale et piano : Benjamin Moussay
  • Costumes : Adélaïde Gosselin Structure bois : Dominique Lion
  • Interprétation : Frank Baruk, Rémi Boissy, Aurélie Galibourg, Gilles Guelblum, Nicolas Turicchia, Isabelle Rivoal
  • Soutiens : S.A.C.D. Beaumarchais Aide à l’écriture, S.A.C.D Auteurs d’espaces 2013, S.A.C.D Fond Musique de scène, Ville de Vincennes, Conseil général du Val-de-Marne, Ministère de la Culture et de la Communication-DGCA, DRAC Île-de-France, Ville de Soissons, Ville de Champigny, Droit de Cité, Ateliers Frappaz-Villeurbanne, L’Atelline/Lieu de fabrique des arts de la rue LanguedocRoussillon, Usines Boinot, Centre National des Arts de la Rue PoitouCharente, Réseau Déambulation Paris, Le Parapluie/Centre International de Création Artistique-Aurillac, La Transverse-Métalovoice-Corbigny, Animakt, Fondation Ecart Pomaret Le spectacle est dédié à la mémoire d’André Gintzburger

Plus d'infos

  • Lieu de captation : Esplanade Robert Badinter
  • Collection : Mimos 2015

Photos